Pas d'adoption plénière pour la concubine de la mère12/03/2018  



L'adoption plénière, qui confère à l'enfant adopté une filiation se substituant à sa filiation d'origine, est permise pour l'enfant du conjoint notamment lorsqu'il n'a de filiation légalement établie qu'à l'égard de ce conjoint. La concubine de la mère ne disposant pas du statut légal de conjoint, sa demande d'adoption plénière ne peut pas être accueillie.


 Autres articles sur le même sujet :
Combien d’enfants vivent en résidence alternée ?

13,7 millions d'enfants mineurs résident en France métropolitaine (étude basée sur l'année 2011). Combien d’enfants vivent en résidence alternée ?

Les Françaises ont leur premier enfant à 28,5 ans

En 2015, en France, les femmes ont donné naissance à leur premier enfant à 28 ans et demi en moyenne, soit quatre ans et demi plus tard qu'en 1974.

Nom et prénom de l'enfant : ce que l'on peut faire ou pas !

La faculté de choix ouverte aux parents pour le nom de famille de leur enfant ne peut être exercée qu'une seule fois, rappelle la Cour de cassation. Par ailleurs, les modalités pour changer de prénom sont plus simples.

La garde des enfants peut être partagée, mais pas la prestation la finançant

Même en cas de résidence alternée des enfants, la prestation versée au titre du complément de libre choix du mode de garde des enfants ne peut pas être partagée entre les deux parents, rappelle la Cour de cassation.

Gare aux dons dissimulés !

Le prêt d'argent entre parents et enfants est fiscalement risqué car l'administration peut considérer qu'il s'agit de dons dissimulés.

Deux parents différents, deux livrets

Les enfants n'ayant pas les deux mêmes parents ne peuvent pas être inscrits sur le livret de famille.